Un journal d’opinion qui ne fait plus de place au débat

avril 25, 2008

Les journalistes étaient confrontées hier à un marronnier: l’interview du président. Si chacun le traite avec sa sensibilité propre, chacun respecte aussi un schéma général. Pourquoi? Est-ce un résultat de la consanguinité intrinsèque à notre presse? Peut être. Mais à bien y réfléchir, si vous voulez informer honnêtement vos lecteurs il faudra bien commencer par un factuel des annonces faites par le Président sur chaque sujet. Puis, vous ferez des papiers de commentaires en faisant intervenir divers spécialistes des domaines abordés. Vous vous fendrez bien sur d’un petit édito car vous ne pourrez pas vous empêcher de donner votre avis. Enfin vous proposerez à vos lecteurs un florilège des réactions des autres responsables politiques.

C’est cette dernière partie que le Figaro a totalement passé à la trappe. Sur les trois pages plus la couv’ que le figaro consacre à l’analyse de l’interview du président, pas une ligne n’est accordée aux réactions des autres leaders politiques!! Le discours présidentiel est repris, analysé par des journalistes complaisants et jamais contredit. Un seul point de vue est présenté. Voilà bien la preuve que Etienne Mougeotte ne porte pas les français en haute estime. Comme avant sur TF1, le nouveau patron du figaro ne donne pas des éléments de réflexion aux français, il leur livre du « prêt à penser ».

Et une opinion de qualité en plus !!?? (lire cette phrase sur un ton plein d’ironie). Alors que tous ses collègues, ainsi que les français dans les « micro-trottoirs » à la mode dans le « journalisme » moderne, ont trouvé Nicolas Sarkozy humble voire pénitent, Etienne Mougeotte, lui, dans son edito, précise que le Président a « dominé ses interviewers ». Une opinion à contre courant de la pensée générale qui est la marque des plus Grands ou des très petits.

Vous aurez deviné mon opinion.

Rémi Béched


Faire briller le prince

avril 24, 2008

Par Tarquin Verdueuaz

On le dit assez: Sarkozy à l’Elysée, c’est la monarchie élective ! Comme Laurent Joffrin, le patron de Libération, les analystes sont nombreux à s’aventurer sur cette pente abusive pour décrire l’exercice du pouvoir par le chef de l’Etat. Malgré l’anachronisme vendeur, on voit que nos amis du Figaro, eux, ne reculent pas devant l’idée de couronner la fonction présidentielle.

La nouvelle page recto-verso de notre quotidien du jeudi 24 avril se penche sur l’interview télévisée du soir de Nicolas Sarkozy. Et plus précisément sur la préparation et la construction de la « performance » du président.

Lire la suite »


La leçon du jour : comment faire un bon sondage?

avril 23, 2008

Par Ronny Dreome,

Le Figaro n’est pas inutile. Aujourd’hui, il nous apprend comment faire un bon sondage. Ce n’est pas la première fois que le quotidien de Papi Serge remplit cette mission de salubrité publique.

Mais aujourd’hui, c’est presque plus voyant que les autres fois.  J’avoue que je commence à en avoir assez d’être pris pour un idiot par mon quotidien favori. Le Figaro, cette fois, se sent obligé de m’expliquer que « les jeunes réclament plus d’autorité dans les lycées« . En pleine mobilisation des lycéens contre la « réforme » Darcos, cela ne mange pas de pain.

Mais la manoeuvre est si grossière qu’elle me gêne. Assez, je sais où voter. Je sais que les jeunes sont manipulés par des organisations syndicales crypto-marxistes!

Voyons donc comment le canard d’Etienne Mougeotte procède.

Lire la suite »


« Ballotté, manipulé, automatisé, l’homme perd peu à peu la notion de son être. »

avril 22, 2008

Par Ambra Dyorne

Aujourd’hui mon ami serveur, nous allons apprendre le principe de la manipulation de l’inconscient par des suggestions d’idées.

Mon serveur ne répond pas. Il vient de renverser un café et nettoie. Je tourne à grandes envolées mon journal devant lui pour attirer son attention.

Regardons page 3 le titre du premier article :

Un an après, Sarkozy veut réformer et ignorer les sondages.

Donc un homme combatif qui avance, qui défend ses idées, qui ne pense pas à la popularité, par nature si volatile.

Regardons maintenant le titre du deuxième article.

Ségolène Royal et François Bayrou pensent déjà à 2012.

Donc deux personnes ambitieuses, focalisées sur la prochaine élection présidentielle, qui ne se soucient pas de l’intérêt des Français.

Lire la suite »


Rachida en promo

avril 21, 2008

Par Pépin Hipulsige

En dernière page du Figaro aujourd’hui, un portrait de Rachida Dati, ministre de la Justice. Encore un. Après tout ce que l’on a dit sur elle depuis un an, que peut nous apporter un nouveau portrait ?

Rien. Et c’est là le problème.

Lire la suite »


Quand le Figaro manifeste

avril 18, 2008

Par Cyrano Meproidan

A la une du Figaro ce matin, la manifestation évidemment. Celle des lycéens ? Que nenni ! Celle des « salariés [qui] manifestent pour travailler le dimanche« , ces travailleurs en lutte qui font avancer la France éternelle. D’ailleurs on les retrouve en une du cahier Economie, où l’on apprend les raisons de la colère : « leurs magasins ont été attaqués par le syndicat FO pour avoir ouvert illégalement« . On imagine déjà les syndicalistes ivres de colère, munis de barres de fer et de cocktails molotov. Ce n’est qu’en lisant l’article en question qu’on comprend qu’il s’agit d’attaques en justice, dont le Figaro se fait fort de rappeler que « seule une action […] a abouti« . Tout simplement parce qu’un recours a été déposé contre les autres, dont l’issue pourrait tout de même très bien être favorable à FO. Mais au fait, ils étaient combien ces manifestants ? Le Figaro est précis :  » « Nous étions au moins 3000 » s‘est félicitée hier Julie Cognois, cofondatrice d’un collectif pour le maintien du travail le dimanche » « . En voilà de la source sûre, digne de foi et impartiale !

Lire la suite »


Le Figaro réveille les feignants et les indisciplinés!

avril 17, 2008

Par Lena Lamadini

Au Figaro, on aime bien Bernard Arnault. Nous aussi, ça tombe bien. Alors quand Bernard Arnault défend la Chine, il faut l’écouter. Quitte à mettre trois photos du bonhomme dans le numéro du jour. Une en couverture, bien en évidence. Une autre en une du cahier économie, moins flatteuse. On y voit néanmoins le PDG de LVMH, le pouce levé, comme pour remercier Dassault de la bonne couverture médiatique qu’il lui offre. Une dernière, enfin, pour l’article, avec une nouvelle photo qui occupe le quart de la page. Au cas où un doute subsisterait, le grand Bernard (il paraît mesurer au moins 1,90 sur la photo) pose devant une oeuvre arborant le logo de Louis Vuitton, la marque phare de son groupe. Une interview essentielle et indispensable. L’idée principale, le boycottage des JO n’est « pas une solution » et la France n’a pas de leçon à donner à la Chine. Bernard Arnault voudrait-il s’éviter des ennuis à l’heure où des menaces de boycottage des produits français se font entendre en Chine? En tous les cas, il nous rassure lorsqu’il répond à la pertinente question du quotidien: « Vous démentez donc subventionner, de manière directe ou indirecte, le dalaï-lama? » Effectivement, c’est une accusation formulée par certains Chinois favorables au boycottage. On a envie de pousser l’investigation un peu plus loin, demander par exemple: « Est-ce vrai que vous mangez des enfants? »

Lire la suite »